19 mai 2010

Etre au chômage pendant la crise

Bonjour à tous.

Ce papier n'est ni un coup de gueule ni un coup de coeur, il sera plutôt une constatation.

Voyez-vous votre humble serviteur est au chômage depuis fin février. J'ai décidé de vous apporter mon témoignage de cette situation.

Depuis 5 ans, je travaillais dans une boîte de communication très petite (juste 2 patronnes comme collègues: la joie) à temps partiel. L'ambiance était devenue insupportable. J'ai donc décidé de rompre mon contrat. En pleine crise oui! vous vous dites que j'ai bien choisi mon moment!

Donc les premiers jours, vous vous plongez dans votre paperasserie pour aller au Pôle Emploi (certificat de travail, attestation, fiches de salaire). RDV pris, on vous annonce la somme que vous toucherez et les jours de carence (en gros le nombre de jours où vous ne toucherez RIEN). Il m'a fallu attendre 40 jours pour toucher mes premiers euros.

J'ai ensuite décidé de m'accorder un petit break: 10 jours de vacances au ski.

Au retour, il faut s'y mettre, j'ai donc multiplié les envois de CV, les lettres de motivation.

Et au milieu de tout ça, tombe le premier RDV Pôle Emploi: une lettre toute gentille vous disant que si vous ne vous présentez pas, vous êtes radié.

Il faut savoir que quand vous êtes au chômage, on considère que vous ne faites rien, on vous colle des rendez-vous n'importe quand et à n'importe quelle heure. Annulez tout ce que vous faites sinon pas de sous. Et oui, Pôle Emploi (le gouvernement) nous tient par l'argent.

RDV Pôle Emploi fait en 10 minutes (tu parles d'une perte de temps, il fallait montrer qu'on savait utiliser internet).

Donc je continue mes recherches, je vais au forum de l'emploi à Levallois, je dépose un CV, je fais des candidatures spontanées.

Je décroche un entretien chez Nespresso pour être vendeuse (ah non pardon Barista).

Je me fais toute jolie, je me prépare, entretien bien passé et.... j'attends toujours la réponse.

J'estime (j'espère que vous êtes d'accord avec moii) que lorsque vous prenez le temps de vous déplacer à un entretien d'embauche, la moindre des choses serait de vous communiquer la réponse même si c'est négatif. Apparement Nestlé France n'a pas du tout la mentalite Suisse (petit rappel Nestlé est une marque Suisse. Quand vous envoyez votre candidature en Suisse, vous avez toujours une réponse).

Je continue à répondre aux offres Pôle Emploi. Je constate au passage qu'il y a beaucoup d'offres dans ma branche mais ouhlalala qu'est ce que les salaires ont baissé.

On constate la crise. Ou a-t-elle bon dos: ne serait-ce pas un moyen de diminuer les salaires ni vu ni connu.

Pas de réponses à mes différentes candidatures. Je ne désespère pas loin de là. Mais je suis très agacée par le comportement des employeurs. Comme vous êtes au chômage, on ne vous considère pas, on vous ignore, on vous manque de respect.

Messieurs les maires, les ministres, fonctionnaires de Pôle Emploi, la France irait beaucoup mieux si la notion de respect était réhabilité dans les entreprises. Un chômeur n'est pas forcément quelqu'un qui passe son temps devant sa télé et qui attend bêtement l'argent du contribuable.

A bientôt

Siggy

Posté par bonbonsetsatyres à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Etre au chômage pendant la crise

Poster un commentaire